C’est l’heure du grand retour pour l’équipe artistique : la Bretagne ça les gagne et ils en redemandent ! C’est avec une joie non dissimulée que nous les avons accueillis encore une fois dans notre cher et tendre Finistère pour une nouvelle semaine, placée sous le signe de la création artistique.

Afin que vous compreniez mieux l’importance de cette semaine, voici une petite explication : chaque groupe va, avec l’un de nos trois intervenants artistiques créer  un projet inédit, qui lui est propre et qui sera exposé lors de la fête du grand jour dit, à la Pointe du Raz. C’était LA semaine des retrouvailles et autant vous dire que les enfants étaient plus qu’impatient de retrouver Stève, Camille et Jean-Christophe et de plonger la tête la première dans les préparatifs de la grande fête de l’Écume des Vents.

Installez-vous bien confortablement, attachez votre ceinture et embarquez dans cette rétrospective de la semaine artistique de l’Écume des Vents !

Premier atelier avec Stève pour les élèves de Plouezoc’h

Lundi 08 mars
Stève Moreau, le comédien de la bande, s’est envolé vers le nord Finistère pour commencer des ateliers « corps et voix » avec les CM1 de l’école Keristin de Plouezoc’h et les CM1 de l’école Jean Piaget de Morlaix.

À Plouezoc’h, les élèves ont travaillé sur le rythme, la notion de chœur mais surtout, ils ont découvert le texte qui allait les accompagner tout au long du projet. Il s’agit du texte écrit par Karin Serres, intitulé « Les Forêts d’enfants ».

« De là où je pousse, je vois le ciel. De là où je pousse, je vois le ciel, le sol, la mer et les animaux. Je vois une grande forêt. Je vois des renards, des vers de terre. »Les Forêts d’enfants, Karin Serres

Travail sur les vigies à Morlaix

À Morlaix, les CM1 vont travailler sur un texte intitulé « Les Vigies », écrit également par Karin Serres. Vous pourrez découvrir dans l’épisode 3 de la légende de l’Écume des Vents la triple signification de ce terme mais également quelle utilisation, les enfants du Finistère faisaient des vigies.

 

« Vigie, vigie
Que vois-tu, que vois-tu
Du haut de ta vigie, avec ta longue vue ?

Vigie, vigie
Que sens-tu, qu’entends-tu
Du haut de ta vigie, toi qui est à l’affût ? »Les vigies, Karin Serres

Pendant ce temps, Jean-Christophe Désert et Camille Perreau, se sont activé avec Emmanuel Bourgeau, notre constructeur et trouveur de solution, pour confectionner des accessoires en tout genre pour leurs ateliers du lendemain. Dans l’atelier de Manu, on ponce, on rabote, on peint, on enduit, on expérimente, parfois on échoue mais le principal c’est qu’on s’amuse beaucoup !

En bref, c’était encore une journée bien chargé pour tout le monde !

Atelier des machines humaines à Plonevez-du-Faou

 

Mardi 09 mars
Ce jour-ci, toute l’équipe artistique était en vadrouille ! Le matin, Stève s’est rendu à l’école Sainte-Anne à Plonevez-du-Faou pour un atelier théâtre un petit peu particulier. Après avoir découvert le vocabulaire théâtral nécessaire, notre comédien favori à dévoilé aux enfants son projet : créer une machine humaine. Il s’en est alors suivi un enseignement nécessaire au théâtre : apprendre la notion de rythme et de chœur.

Atelier Koï Nobori avec le groupe jaune de l’IME : créativité et couleur sont au rendez-vous !

De son côté, Camille a plongé le groupe jaune des 8 – 13 ans de l’IME La Clarté de Quimper dans une journée complète « Écume des Vents ».

La matinée était dédiée à la réalisation des Koï Nobori ; après avoir choisi la forme de son poisson, chacun s’est mis à tracé et dessiné, au gré de son imagination. À la pause méridienne, un joli banc de poissons aux couleurs vives et aux motifs originaux est apparu sous nos yeux ébahis !

Après un bon repas, Camille a été rejoint par Stève pour un atelier théâtre/art plastique en duo. L’après-midi s’est articulée autour de jeux pour se rencontrer, pour alimenter l’imagination, la créativité, l’observation et le dialogue : un joli jeu de mouvement collectif autour de l’exercice du miroir s’est mis en place.

Atelier corps & voix avec Stève à l’IME La Clarté

 

Quant à Jean-Christophe, il était le matin à l’IME La Clarté avec le groupe rouge des 14 – 15 ans pour un atelier de création sonore. Ensemble, ils ont continué sur la même lancée que lors du premier atelier : créer les sons des éléments de la Pointe du Raz avec des manettes Wii.
L’après-midi, il a retrouvé les CM1 de l’école Kerjestin de Quimper afin de poursuivre le travail commencé en février autour de la symphonie instrumentale. Avec l’aide d’instruments atypique, les enfants vont créer des sons et ainsi nous transporter jusqu’à la Pointe du Raz grâce à un voyage sonore.

 

Mercredi 10 mars
Au petit matin, Jean-Christophe était de retour au Centre de Loisirs de Briec pour un atelier de création de paysage sonore. Rappelez-vous en février, Jean-Christophe avait commencer un travail de création d’une véritable symphonie avec les enfants. Pour compléter le précédent atelier, d’autres sons ont été travaillé et expérimenté : le son des enfants qui jouent, de la mouette et le son des vagues.

L’après-midi, c’est Stève qui s’est rendu au Centre de Loisirs de Briec afin de terminer les poissons Koï Nobori. Nous avions colorié une face en février et il était nécessaire de colorier l’autre face ! De la couleur, des motifs et beaucoup de rires ont rythmé cette chouette après-midi.

 

Jeudi 11 mars
Notre comédien, Stève Moreau, s’est de nouveau envolé vers le nord du Finistère pour passer la journée dans les écoles de Morlaix et de Plouezoc’h afin de continuer les ateliers du début de la semaine.

Le vent dans la forêt d’enfants de Plouezoc’h

Tout comme lundi, ce jeudi matin, il avait rendez-vous avec les CM1 – CM2 de l’école Keristin de Plouezoc’h. Ils ont poursuivi le travail sur les forêts d’enfants et, après, une immersion dans le texte, Stève a mis l’accent sur le travail du corps pour laisser apparaître un vent s’engouffrant dans cette forêt d’enfants.

L’après-midi, il s’est dirigé vers l’école Jean Piaget de Morlaix, où les enfants ont continuer de travailler sur les vigies. Au programme : travail sur la précision et la justesse des corps, sur l’espace et le mouvement.

De son côté, Camille était à Plogonnec, dans l’école Jean-Marie Autret, pour faire renaître le langage de l’époque, utilisé par les enfants de l’Écume des Vents. La légende raconte que les enfants utilisaient un langage particulier pour communiquer composé de symboles très colorés, issus d’un mélange entre les hiéroglyphes et les idéogrammes. Les enfants de Plogonnec vont faire revivre ce langage, grâce à leur imagination.

Quelques idées de symboles pour s’inspirer et imaginer un nouveau langage

L’idée est d’inventer suffisamment de symboles pour traduire une présentation de la légende. Ils les dessineront ensuite sur des petites planchettes qui permettront de réaliser un grande fresque ainsi que des petites phrases type haïku. Mais pour cela, il faudra attendre le mois d’avril !

 

Découverte de la bibliothèque iconographique apporté par Camille

L’après midi, Camille s’est rendu à l’école du Bout du Monde de Plogoff, accompagné de Jean-Christophe pour des ateliers de création artistique.
Avec les CP – CE1 – CE2, Camille s’est lancé dans un projet de création d’une rose des vents géante en puisant dans l’imagination des cartes maritimes anciennes, des portulans, des gravures et autres merveilles issues de la légende de l’Écume des Vents écrite par Karin Serres. Camille avait apporté tout un tas de livres pour que les enfants choisissent les images qui leur plaisent le plus, afin de constituer une rose des vents à leurs goûts.

Pour la prochaine fois, Camille va les imprimer en 3 fois plus grand pour qu’ils puissent ensuite les coller sur de grandes planches de bois et commencer la création de la Rose des Vents, à taille réelle.

La naissance de l’instrumentarium de Plogoff

De son coté, Jean-Christophe a poursuivi son travail avec les CM1 – CM2 et bonne nouvelle, l’instrumentarium s’étoffe ! Notre compositeur de musique est arrivé les bras chargé de nouveaux instruments tous plus loufoques les uns que les autres. Après les avoir apprivoisé, les enfants ont pu jouer une symphonie qui nous a transporté sur le Pointe du Raz.

Les instruments de Jean-Christophe, construit avec la complicité d’Emmanuel Bourgeau, le constructeur officiel de l’Écume des Vents.  De gauche à droite : une machine à vent, un bâton de pluie, des becs de noix, une pompe à oiseaux

 

Vendredi 12 mars
L’équipe s’est séparé en deux : Jean-Christophe s’est rendu à Penmarc’h pour toute la journée pendant que Camille & Stève ont retrouvé les enfants de Peumerit pour une journée créative.

A Penmarc’h, les CM1 – CM2 de l’école Thomas Donnard ont poursuivi le travail de chef d’orchestre et de symphonie. Ils avaient bien gardé en mémoire les gestes et les sons élaborés lors du premier atelier ; alors Jean-Christophe a fait le choix d’augmenter le nombre de son disponible dans le but de créer une tableau le plus dense possible.

Battle de proverbe en cours !

Afin de varier les exercices sur cette journée de création, Jean-Christophe a utiliser un texte de Karin Serres pour créer une « battle » de proverbes bretons ou imaginaires. Voici quelques exemples :

« Qui sème le vent récolte des poissons volants.
Qui sème le vent récolte des forêts d’enfants.
Qui sème l’Écume des Vents, récolte la plus grande fête de tous les temps ! »

vs

« Qui ne fait pas plaisir en arrivant le fait en partant »

Cette fois, chaque production a été enregistré pour permettre de l’écouter et ainsi savoir les moments faibles ou au contraire (et ils sont plus nombreux!) les moments forts.

Lors du grand jour dit, ce ne sera pas un ballon mais bien du plancton !

À Peumerit, Stève a travaillé avec les CP – CE1 sur un atelier théâtre un petit peu particulier. Ils seront les futurs porteurs de plancton de la Pointe du Raz ; cette tâche demande de la précision et du rythme. Le travail de la journée s’est donc axé sur ces deux notions afin de trouver un rythme commun et d’apprendre à gérer son corps dans l’espace.

 

« Voir l’invisible », l’ambitieux mais prometteur projet de Camille

De son côté, Camille a entamé un ambitieux projet d’art plastique avec les CE2 – CM1 – CM2, mettant en scène le monde invisible des tréfonds de l’océan et de notre légende. Dans un premier temps, les enfants ont « dessiné » avec du fil de fer, ensuite ils ont commencé à « colorier » leurs formes avec du papier calque trempé dans de la colle blanche. 

 

Samedi 13 mars

Lors de l’atelier Koï Nobori, la distribution des feutres est une étape cruciale !

C’était un samedi productif pour notre équipe artistique mais surtout un samedi spécial pour Camille. En effet, elle s’est rendu à Scaër pour enfiler encore une fois le costume de Ciconia Ciconia et raconter l’histoire incroyable de cette jeune cigogne plus que courageuse.

Au programme de l’après-midi pour la MJC de Scaër : coloriage des Koï Nobori. Les enfants ont pu choisir leurs poissons, leurs couleurs et ainsi créer un poisson volant à leur image !

Quels mouvements font les nuages ?

Du côté de Douarnenez, il y avait aussi de l’action ! Stève Moreau est revenu continuer son atelier avec le groupe théâtre de la MJC Ti an Dud de Douarnenez. Le groupe travaille toujours sur le texte de Karin Serres sur les nuages : « Le nuage enthousiaste », présenté lors du premier atelier de février mais cette fois, les enfants ont commencé un travail de recherche autour des mouvements des nuages. D’après vous, quels mouvement fait un nuage ?

 

Dimanche 14 mars
Le dimanche, Stève s’est attelé, avec notre constructeur préféré Emmanuel, à la construction du costume que porterons nos petits nuages enthousiastes. Mais nous n’avons pas le droit d’en divulguer plus pour le moment : c’est top secret !

Ce que l’on peut vous dire c’est que toute l’équipe est à la fois impressionnée et fière du travail fourni par nos deux acolytes !

Crédits photos : Très Tôt Théâtre & Entre Chien et Loup