Mai   Dès 7 ans

Théâtre

ᐃᓄᒃ [Inuk]

Cie L’unijambiste / David Gauchard
Durée 1h

Expédition polaire en terre inuit, [Inuk] se déploie comme un livre d’images  belles à couper le souffle.
Vibrant hommage à la nature du Grand Nord, [Inuk] (« l’homme » en inuktitut) célèbre aussi ceux qui l’habitent, les Inuit, déchirés entre tradition et modernité. À travers leur histoire, se dessine en filigrane la question de l’avenir de notre planète à l’heure du réchauffement climatique.

LIRE PLUS

EN ROUTE POUR LE GRAND NORD

Mon grand-père André était marin-pêcheur à Fécamp. Il partait plusieurs mois pêcher la morue sur les grands bancs de Terre-Neuve, au large du Canada.

À ma mère, il ramenait en cadeau des petites poupées inuit et des chaussons en peau de phoques.
À moi, cet homme, que je n’ai pas connu, a légué des fantasmes nourris d’aurores boréales, d’ours polaires, d’igloos et d’histoires fabuleuses sur les Inuit. J’ai toujours su que je m’y rendrais un jour.

En décembre 2014, je suis parti chercher l’inspiration d’un spectacle tout public avec quelques-uns des artistes qui me sont proches. Une expédition au Nunavik , terre des Inuit, dans le village de Kangiqsujuaq.

Ce spectacle s’appelle ᐃᓄᒃ [Inuk]. En inuktitut, cela signifie l’homme.

À travers son écriture, nous avons cherché un équilibre entre l’onirisme du grand Nord et la réalité contemporaine. Ce qu’elle a de plus tristement bouleversante pour les Inuit, et ce qu’elle laisse de poésie, permanente dans leur quotidien. Ce qui se transmet, encore et toujours, malgré tout. Soit toujours le pont entre tradition et modernité.
Entre un homme et un autre.

Tarifs par personne

Plein > 17 €

Adhérent Très Tôt Théâtre > 8 €

Enfant – 12 ans > 8 €

Réduit > 10 €

Plus d’infos >

TOUT PUBLIC
Ven 28 mai 20h

Réservez

SCOLAIRES
Ven 28 mai 14h30

Co-organisation : Très Tôt Théâtre, Théâtre de Cornouaille

La compagnie a fait une vidéo spécialement pour VOUS à l’occasion de sa venue à Quimper !
UN OBJET QUI RACONTE LE SPECTACLE…

Création collective de L’unijambiste

Mise en scène et scénographie : David Gauchard
Avec Emmanuelle HironL.O.S (Laurent Duprat), Nicolas Petisoff
Texte et musique : Arm
Exposition photos : Dan Ramaën
Vidéo & graphisme : David Moreau
Création lumière : Claire Debar-Capdevielle
Direction technique à la création : Christophe Rouffy
Régie lumière : Mika Cousin
Son : Klaus Löhmann
Avec la participation de Julie Lalande
Visuel © David Moreau

Production
L’unijambiste

Coproduction
Espace Malraux – scène nationale de Chambéry et de la Savoie
Espace Jean Legendre, théâtre de Compiègne
Théâtre de Villefranche sur Saône
Théâtre de l’Union – centre dramatique national du Limousin
Festival des Francophonies en Limousin
La Filature, scène nationale – Mulhouse
Maison des Arts Scène Nationale de Créteil et du Val de Marne
Le Grand Bleu – Lille
Centre dramatique régional de Tours – Théâtre Olympia

 

 

 

 

 

La BOITATOU du spectacle à destination des enseignants, animateurs et des professionnels de l’enfance et de la petite enfance !

La Terrasse / Eric Demey

Inuk signifie « l’Homme ». Un titre parfaitement trouvé

David Gauchard et ses collaborateurs sont revenus du Nunavik avec un spectacle composite, entre documentaire et poésie, qui traverse avec délicatesse et efficacité bon nombre des problématiques de cette « tribu esquimau » : disparition des traditions, dissensions générationnelles, invasion du monde moderne, rapport dégradé à la Nature, le tout sur fond, naturellement, de réchauffement climatique. (…) Car à travers l’histoire des Inuit, c’est bien sûr celle des hommes qui se joue, celle d’une Humanité toute entière oublieuse de son inscription dans la Nature, et qui risque fort de le payer demain.

 

Théâtre(s) / Nadja Pobel

David Gauchard a ramené du Grand Nord un spectacle fait de constellations

Pas de narration classique mais un enchaînement de saynètes toutes axées sur le ressenti. En travaillant à l’extrême les éléments physiques du décor comme le sol (le bruit des pas qui font craquer la neige sont infiniment justes) ou la bande son grâce au talent immense de son fidèle compositeur Arm, c’est une ode à la nature et aux habitants du Grand Nord que construit la Cie L’unijambiste. (…) Gauchard instille une poésie très douce et sans angélisme à hauteur d’enfant concomitamment à un discours politique à destination des grands à lire sur des cartouches. Avec un effort constant prête à la forme (…), le fond du propos est puissamment et sensitivement transmis.

 

La Scène / Cyrille Planson

[Inuk] est un des projets les plus intrigants de la saison jeune public 2015/2016

C’est aussi une première tentative pour David Gauchard que l’on connaissait jusque là pour ses mises en scènes, souvent remarquables, de grands classiques Shakespeariens. [Inuk] est comme « un livre d’images » explique-t-il. (…) C’est même la principale caractéristique de cette création, sans textes ou presque, au graphisme léché et aux effets scéniques saisissants. Entre théâtre de fiction, performance et théâtre documentaire, David Gauchard livre ici une rêverie onirique sur les sociétés animistes, leur rapport à la nature et une réflexion profonde sur les mondes finissants.

 

La Provence / Philippe Merle

[Inuk], le grand nord à fleur de peau

[Inuk] mélange les disciplines avec inspiration. Entre anecdotes quotidiennes et vrai regard humain sur leur condition aujourd’hui, broyés par le mode américain, David Gauchard et son équipe signent une belle initiation et un bel hommage à cette culture méconnue. Aux talents d’Emmanuelle Hiron et Nicolas Petisoff pour le jeu, il faut ajouter la performance « beatbox » de L.O.S, la partition originale électro d’Arm et l’excellent travail graphique de David Moreau.

 

La Montagne / Robert Guinot

Dans la magie du Grand Nord

Pour la première fois, David Gauchard s’adresse au jeune public. (…) Mais le propos dépasse le jeune public. (…) Peu importe l’âge pour se laisser emporter par la poésie et la beauté d’un spectacle parfaitement élaboré, qui se dévoile à la manière d’un livre d’image, esthétique et magique à la fois. David Gauchard a questionné, avec un regard émerveillé et en évitant les clichés, l’avenir d’un peuple patient et sage. Ainsi [Inuk], au plus proche du quotidien, revêt une dimension profondément humaine.

 

Revue Jeu (Québec) / Anaïs Heluin

[Inuk], le Nunavik à portée de rêve…

À quoi bon raconter une histoire avec Inuit, quand on sait qu’ « il y a plus de récits sur les Inuit que d’Inuit » ? David Gauchard et ses compagnons de L’unijambiste ont raison, pour évoquer le Nunavik il vaut mieux éviter toute narration. Adopter la logique du rêve. Ou son absence de logique. Dans [Inuk] comme dans tous les rêves, tout est permis. Un pingouin bipède peut pêcher à la ligne et sortir d’une glacière un poste de radio. Un phoque peut dormir dans un sac de couchage et toute cette faune anthropomorphe composer des tableaux vivants sur le hip hop de Arm et L.O.S. (…) La poésie d’Inuk n’est jamais gratuite. Libre à chacun de rester dans l’enchantement ou de dérouler tous les sens de cette délicate évocation d’une culture en danger. Une belle preuve de confiance dans l’intelligence des plus jeunes, encore trop rarement sollicitée dans les spectacles français jeune public.

 

Le Populaire du Centre / Muriel Mingau

Une oeuvre forte

Cette pièce très visuelle, porteuse d’un texte léger, poétique, et d’une musique signée Arm, est un enchantement pour les yeux, l’oreille, le coeur. (…) Pourtant, l’oeuvre est aussi un document. Elle peint la vie des Inuit d’aujourd’hui et d’hier. (…) Le propos n’a rien de didactique. Il se donne avec grâce et délicatesse au fil d’une esthétique finement colorée. Grâce à elle, une nature grandiose est présente sur scène, stylisée, tout comme des phoques, pingouins, rennes et ours blancs. Que va devenir cette nature, le monde ? La pièce évoque les dégâts causés par l’homme. Or détruire la planète, c’est se détruire soi-même. Mais l’espoir pointe, une lueur, portée par la langue inuit. Superbe.