Mars   Dès 1 an

Danse

CHIFFONNADE

Cie Carré Blanc
Durée 30 min

Sur scène, une drôle de boule faite de tissus.
Cocon ? Planète ? Coquillage ? Escargot ?
Des plis et replis, émerge une danseuse malicieuse qui se déleste peu à peu du poids des étoffes pour sortir de sa chrysalide, bien décidée à explorer le monde.

 

LIRE PLUS

Entrée en Matière(S)

Chiffonnade est une chorégraphie ayant pour matière première l’étoffe, celle que l’on peut toucher, froisser, palper, plisser, celle dont on se vêt et qui conditionne notre image au regard de l’autre. Mais Chiffonnade parle aussi d’émancipation, d’une chrysalide d’enfant qui ne cesse de grandir pour se muer en adulte.

Sur scène, une sphère aux allures de coquillage abrite un personnage et une multitude de tissus: partenaires de danse et matières à construire, ils guident l’écriture chorégraphique ainsi de bouts de chiffons se créent de nouveaux mondes…

Grandir c’est se construire, c’est savoir partir et prendre le large.

 

TOUT PUBLIC / STRUCTURES PETITE ENFANCE

  • Sam 21 mars 17h30
  • Dim 22 mars 11 + 17h30
  • Lun 23 mars 9h30 + 11h
  • Ma 24 mars 9h30 + 11h

Réserver

Organisation : Très Tôt Théâtre

EN TOURNÉE DANS LE FINISTÈRE

Dates, horaires et communes bientôt disponibles

Tarifs par personne

À Quimper
Tarif unique : 5 €

Applicable aux adultes ET aux enfants

Équipe artistique

Chorégraphie : Michèle dhallu
interprétation : Suzel Barbaroux
Création lumière : Yves-Marie Corfa
Création sonore : Baptiste verger
Scénographie : Coline vergez, d’après une idée originale de anne rabaron

Production : Carré Blanc Cie

Pour aller plus loin avec les enfants en classe → Dossier pédagogique

Pour préparer la venue au spectacle → Dossier Accompagnement d’un Tout Petit au Spectacle

‘‘C’est une robe-matrice toute de tissus conçue (on dirait de la laine et/ou de la feutrine), dans des tons terreux, qui l’habille, la révèle et la cache, l’avale ou la recrache, un cocon organique dans lequel elle se love ou émerge, une tête par ci, un bras par là, une jambe ou deux… d’emblée l’imaginaire prend le dessus, ici réalisme et prosaïsme n’ont pas lieu d’être, on saute à pieds joints dans le rêve réinventé de la naissance, dans la poésie de la matière et du mouvement, dans le miroitement des sens.’’
Marie Plantin – Pariscope – février 2018

‘‘Ça commence par une femme escargot qui roule sa maison comme un cocon fait d’une multitude d’étoffes. et ça finit tranquille comme une sirène dans l’eau.’’
Maïa Bouteillet – Paris Mômes — février 2008

‘‘Un spectacle magique et enthousiasmant pour les tout-petits comme pour les plus grands.’’
Le courrier de Mantes – avril 2006

‘‘Tout est réussi dans ce spectacle, les costumes nous évoquent toutes les beautés de notre planète avec trois fois rien, la musique, tantôt jazzy, tantôt africaine, nous raconte une seule et même histoire, sans contradiction. l’interprétation coule sans faux-pas ni hésitation assassine. un retour aux sources, un émerveillement continu, une perle que ce spectacle de Michèle Dhallu.’’
Mathieu Lecocq — www.theatre-enfants.com — juillet 2004

‘‘Un voyage poétique entre sourire et surprise qui commence dans la douceur des taffetas et la délicatesse des doudous. des plis, des replis, des vagues de tissus et de chiffons, des douceurs de costumes contre lesquels on a bien envie de se blottir. le corps s’y love, joue, se perd pour finir en éclats d’eau et de rire au rythme de grandes envolées et de glissades…’’
Festival Les Élancées, Théâtre de l’Olivier. Istres

À cet âge là, on peut aussi aller voir...