MAI_CHANSON_SSFOND_WEB

Mai   Dès 6 ans

Conte musical

L’HOMME QUI FAISAIT FLEURIR LES ARBRES

Ensemble L'Instant Donné / Frédéric Pattard
Durée 45 min

Ce conte ancestral japonais s’habille d’une partition musicale contemporaine à la fois poétique, espiègle et tellement inventive !
Dans un ping-pong enjoué entre la récitante, la harpe et les percussions, les paysages se déploient, les saisons s’égrènent, les personnages prennent vie. Et les cerisiers fleurissent.

LIRE PLUS

UN CONTE POPULAIRE JAPONAIS AUSSI CONNU EN SON PAYS QUE « LE PETIT CHAPERON ROUGE » CHEZ NOUS

Le conte n’est pas restitué ici dans sa version originale. L’adaptation a fait le choix de ne s’en tenir qu’aux faits sans apporter de jugements ni proposer de morale explicite. Tout est dit à travers la poésie qui transfigure la pauvre vie du couple généreux. La fin de l’histoire reste ainsi suspendue et la traditionnelle conclusion est gommée au profit de l’évocation – si japonaise ! – des fleurs de cerisiers (sakura).

Le texte a donc été adapté pour mieux accueillir la partition qui entretient avec la musique traditionnelle japonaise un rapport très libre voire fantaisiste. Ainsi, la plupart des instruments utilisés n’ont rien à voir avec le Japon. Il s’agit avant tout d’une évocation libre et rêvée, issue de l’imaginaire du compositeur.

LE CONTE

C’est une histoire de rivalité entre deux voisins : aux temps anciens, sur une île du Japon, deux couples de paysans vivent pauvrement. Tandis qu’un des couples épie ses voisins avec envie, l’autre couple se satisfait du peu qu’il obtient et s’en retrouve récompensé : un mystérieux chien blanc conduit un jour le vieil homme dans la montagne et le mène à un trésor. Jaloux, le voisin veut faire de  même et emprunte le chien que le vieux lui prête  volontiers. Maltraitant l’animal, il n’obtiendra qu’un  tas de détritus. Furieux, il tue le chien, ce qui peine grandement ses maîtres qui l’enterrent et plantent un arbre sur la tombe.

Un an plus tard, le chien apparaît en songe au vieillard, lui recommandant de confectionner un mortier en abattant cet arbre. À peine la vieille utilise-t-elle ce mortier, qu’elle s’aperçoit que les quantités de riz s’y trouvent miraculeusement multipliées.
À nouveau, les voisins, jaloux, demandent à emprunter le mortier : l’effet est inverse, le riz disparaît. Fous de rage, ils brûlent l’objet.

Quand le vieux vient récupérer son mortier, il ne trouve qu’un tas de cendre qu’il récupère soigneusement dans sa veste. Sur le chemin du retour, le vent disperse une partie des cendres sur les arbres qui se mettent aussitôt à fleurir, en plein hiver. La grand-mère propose alors à son époux de se rendre au palais du prince, qui aime tant les cerisiers en fleurs.
Le vieux grimpe dans un arbre du jardin du palais et répand les cendres transformant le lieu en un océan de fleurs.

Depuis, on raconte encore que dans une île au large du Japon, un arbre étrange se dresse non loin d’une rivière et qu’au milieu de l’hiver ses branchages foisonnent d’une multitude de fleurs.

Tarifs par personne

Plein > 17 €
Réduit > 10 €
Adhérent Très Tôt Théâtre > 8 €
Enfant – 12 ans > 8 €
Plus d’infos >

Applicables aux adultes ET aux enfants

 

TOUT PUBLIC
Ma 24 mai 19h
Réserver

SCOLAIRES
Ma 24 mai 14h30

Co-organisation : Très Tôt Théâtre, Théâtre de Cornouaille

L’ÉQUIPE

Frédéric Pattar, compositeur
Élise Caron, récitante
Esther Davoust, harpe
Maxime Echardour, percussions

L’Instant Donné est ensemble associé au Nouveau Théâtre de Montreuil – Centre Dramatique National et bénéficie du soutien du Ministère de la Culture / DRAC Île-de-France au titre de compagnie à rayonnement national et international, de la SPEDIDAM et de la SACEM – la culture avec la copie privée.