Décembre   Dès 8 ans

Danse

TO BE OR NOT TO BE

Création 2018 - Cie Wayo
Durée 50 min

Les grands parlent, les petits écoutent ! Répètent, imitent.
Pas longtemps.
Ensuite ils contestent. Pour exister. Pour être.
Ne pas être ? Pas question.

LIRE PLUS

Répéter, imiter, singer

Le duo chorégraphique To Be Or Not To Be est né du désir d’interroger le processus de transmission de l’adulte à l’enfant, puis à l’adolescent, et le besoin de se rebeller pour « devenir ».
La répétition des mots ou groupes de mots est l’angle par lequel j’ai choisi d’aborder ces thématiques universelles. N’apprend-on pas en répétant, par mimétisme ? Pour peut-être épouser le point de vue de l’autre, s’intégrer dans un groupe de personnes, leur ressembler et éloigner le sentiment de solitude. Répéter c’est aussi manifester, scander, essayer de se faire entendre, et faire adhérer les autres à sa cause. Répéter permet aussi de « singer » l’autre, et de le mettre à distance. De s’en distinguer pour exister.

Pour ce projet, j’ai souhaité solliciter l’auteur dramatique Philippe Gauthier. Son texte sera davantage un matériau textuel… peut-être les paroles d’une chanson. La chanson a ce pouvoir d’exprimer ce que l’on ressent de manière synthétique et avec finesse : par le jeu de la répétition, du décalage, de la métaphore et des sons. Les mots et les phrases seront répétés, malaxés, mis à mal. Car To Be Or Not To Be parlera de ce point de rupture, de rébellion de l’enfant ou de l’adolescent face à l’autorité. Peut-être en s’opposant chacun trouve sa voie et naît à soi-même ?

Mani A. Mungai – avril 2015

Note d’intention de l’auteur

« Comment parler de la transmission de l’adulte à l’enfant ? De la rébellion de l’adolescent vis-à-vis de l’adulte transmetteur ? De l’émancipation, enfin, du jeune adulte ?
Cheminement universel et pourtant tellement personnel. Chaque personne a vécu, vit ou vivra ces moments.
Je pourrais aborder ces problématiques de manière didactique. Expliquer avec des mots chacune d’entre elles. Mais où serait la place du corps et de son langage ?

Et si le sens des mots n’avait, ici, que peu d’importance ? Si la forme primait sur le fond ? En jouant sur le rythme de la langue, la répétition ou non.

Deux personnages. Un dialogue. Rythme similaire. L’un répétant les paroles de l’autre, ou essayant de le faire. Comme un enfant qui, par mimétisme, reproduit les gestes de son père ou de sa mère. Au début donc, une certaine harmonie. Puis la voix de l’un, l’enfant, se fait plus distante. Le rythme change. Les mots diffèrent. Légèrement. Progressivement.

On arrive au moment de la discordance. L’adolescence. Pourtant la voix de l’autre, l’adulte, tente de se faire entendre. De s’imposer.

La séparation, ensuite. Les rythmes, les mots, suivent un chemin différent. S’éloignent. Plus de dialogue, mais deux monologues. Se chevauchant, s’entre-croisant. L’adulte garde son rythme. Le « déjà plus enfant » trouve le sien. L’affirme. Sa parole évolue.

Les deux voix s’accordent finalement. Deux entités différentes mais proches. Deux instruments. Deux timbres. Une nouvelle harmonie. Fragile au début. Puis se renforçant.

La forme donc. La forme au service du fond. Sans l’expliquer. Les mots racontant une autre histoire. Celle de deux personnages. Une histoire inspirée de mon vécu, de celui de Mani… et de bien d’autres. Lointaine ou proche. Une histoire, aussi peut-être, racontant la relation de l’être humain avec la Terre… »

Philippe Gauthier, avril 2015

PONT-L’ABBÉ
Centre culturel Le Triskell
Organisation : Le Triskell, Service culturel de la Ville de Pont-L’Abbé
Tout public
Mer 19 déc 19h
Scolaires
Jeu 20 déc 10h
Infos & réservations : 02 98 66 00 40

LIEU

Tarifs par personne
Applicables aux adultes ET aux enfants

Infos auprès de l’organisateur du spectacle

Conception et chorégraphie : Mani A. Mungai
Texte :  Philippe Gauthier
Interprètes : Mike Hayford, Mani A. Mungai
Scénographie : Felix Rodewaldt
Création musicale : Gaspard Guilbert
Création lumière Michel Bertrand

À cet âge là, on peut aussi aller voir...