Les indispensables de l’Écume des vents : le carnet de note et le surligneur !

On vous parle beaucoup des ateliers des enfants, on vous raconte leurs rencontres avec des cigognes venues d’ailleurs, des passionnés-passionnants ou encore avec des poissons volants, mais on ne vous a jamais raconté notre travail à nous, l’équipe de l’Écume des Vents. Alors aujourd’hui c’est immersion totale avec nous pour le week-end d’écumage hivernal !

 

Mais qu’est-ce que cela peut-il bien vouloir dire « l’écumage hivernal » ?

Pendant trois jours, toute l’équipe de l’Écume des Vents s’est retrouvé à Ligne 21, à Plogonnec, pour peaufiner et organiser les interventions qui vont arriver dans les prochaines semaines, mais également pour partager les avancées artistiques de chacun. Vous ne le savez peut-être pas mais toute l’équipe de l’Écume des Vents est dispersée aux quatre coins de la France, alors de temps en temps, quand les coups de téléphones et autres visio-conférences ne suffisent plus, on se retrouve tous ensemble pour travailler, mais aussi pour le plaisir d’être ensemble !

Réflexion intense sur les ateliers de la semaine à venir !

Le vendredi 29 janvier était placé sous le signe de la découverte ! Dans un premier temps nous avons lu tous ensemble les 16 épisodes de la légende de l’Écume des Vents rédigés par notre autrice Karin Serres. Ensuite, chaque intervenant artistique à présenter ses pistes de travail prévues pour les prochains ateliers de création artistique. Pour finir la journée en beauté, Fanch Dodeur et Barthélémy Péron, du collectif Ex Situ, ont convié tout le monde à une petite réunion afin de nous présenter la plante nomade et nous expliquer le fonctionnement des capteurs. Un moment aussi instructif que passionnant !

Lecture des 16 épisodes de la légende de Karin Serres avec … Karin Serres !

 

Samedi 30 janvier, des petits groupes de travail se sont formés afin d’avancer sur différents sujets tel que la signalétique, la composition pour les accordéonistes, les ateliers d’art plastiques, de son et de jeu. Dans l’après-midi, un groupe de travail un peu particulier s’est envolé pour Douarnenez, pointe de chute du voyage de notre célèbre cigogne Ciconia Ciconia. Enfin, pour clôturer ce deuxième jour de d’écumage intense, une restitution des différents groupe de travail autour d’un kouign-amann nous a semblé être la meilleure idée !

 

 

Découverte de la chorégraphie du grand rituel de Véronique Favarel, un moment intensément poétique

Enfin, dimanche 31 janvier, nous avons commencé la journée en douceur avec la chorégraphie de Véronique Favarel, que toute l’équipe découvrait en même temps. Une chorégraphie poétique, gracieuse et très belle que nous avons tous hâte de reproduire, avec les enfants, lors du grand jour dit ! Nous avons fini la journée avec la préparation des ateliers poissons Koï Nobori de la semaine suivante.

Si le sommeil n’a pas été long à venir dimanche soir, nous nous sommes tous réveillés lundi matin excités et très heureux de vivre cette nouvelle semaine sur les routes du Finistère, à la rencontre de tous les enfants de confiance de l’Écume des Vents ! Et c’est ça l’esprit Écume des Vents !

En bonus, le samedi soir, nous avons eu le droit de passer les portes de l’atelier d’Emmanuel, notre constructeur et trouveur de solution, pour découvrir sa nouvelle invention : produire le cri de la baleine avec une chambre à air, un bambou et un cône de signalisation ! Incroyable mais vrai, preuve à l’appui !

Si vous voulez suivre toutes nos aventures, aux enfants et à nous, rendez-vous sur le blog de l’Écume des Vents, vous y trouverez pleins d’informations !

Crédits photos : Emmanuel Bourgeau et Très Tôt Théâtre